Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Dans mes petits souliers

Dans mes petits souliers

blog mode, univers féminin

l’art de faire danser fées et princesses - suite

Les costumes, cousus par l’automatière, se veulent «historiques, féeriques et romantiques». Avant de les confectionner, Michèle Burnet fait des recherches, consultant livres, tableaux et photos anciennes.
Reste à créer le mécanisme qui met en branle l’automate. Pour ce faire, la Genevoise d’adoption doit calculer le nombre et l’amplitude des creux et bosses qui vont déterminer les mouvements des figurines. «La technique, ça s’apprend», nous dit-elle comme pour s’excuser. «La créativité, par contre, c’est quelque chose que l’on a en soi. »


Cette créativité s’est déjà convertie en 59 modèles, variant de trente centimètres à un mètre. Parmi eux, un Bacchus, une Joséphine de Bonaparte, un Indien, une fillette faisant des bulles et un chat botté. Exposés du Japon à la Russie, en passant par la France et l’Allemagne, ils nécessitent chacun quatre mois de travail. Valant entre 500 et 3 000 euros, ces personnages ne sont pourtant que rarement vendus, l’activité d’automatier n’étant guère lucrative en soi.

Les œuvres de M. B. sont donc avant tout un témoignage du passé. Sans nostalgie aucune. Si elle aime à évoquer les toilettes de jadis, c’est pour mieux comprendre celles du futur. Une démarche criante de modernité.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article